Antoine Online
Alinea, le magazine de la Librairie Antoine #8 
Vendredi 25 juillet  
Version Francaise  
Inscrivez-vous ou inscrivez un ami
Nom 
Email 
 Abonnez-vous     
           
   
 

 

SamandalTrimestriel publié au Liban qui met en vedette des bandes dessinées en arabe, anglais et français, de la région ou de l’étranger, Samandal est ouvert aux participations de tous les auteurs et illustrateurs et est disponible dans toutes les bonnes librairies.

Nous avons posé trois questions à Fdz l’un des quatre rédacteurs en chef de Samandal, les autres étant Hatem Imam, Omar Khouri et Lena Merhej.

 

Vous produisez une bande dessinée en arabe, anglais et français. Quel est le défi de travailler en plusieurs langues ?

Nous avons dû trouver un moyen de combiner des langues à base latine qui se lisent de gauche à droite avec l’arabe qui se lit dans la direction opposée. Plutôt que de les séparer dans des sections différentes, nous avons préféré tout mélanger, de manière à ce que le lecteur ait à changer le sens du livre à chaque fois qu’il commence une histoire dans une langue différente. Ce qui a aussi provoqué la même surprise chez toutes les personnes qui découvraient le magazine : c’est une erreur d’impression ou c’est supposé être comme ça ? Dans tous les cas, ça fonctionne bien !

Puisque le magazine est basé au Liban et que sa première cible est le Moyen-Orient, nous avons inclus un appendice à la fin du magazine avec les traductions en arabe des bandes dessinées en anglais et français.

Dans les mois qui ont suivi la sortie de ce numéro, nous avons traduit toutes les bandes dessinées dans les trois langues, intégrant la traduction aux dessins, et nous avons mis en ligne sur notre site Internet ces publications téléchargeables gratuitement. C’est un processus long et ardu, mais cependant nécessaire pour attirer le public local et international.

 

Quels sont les critères pour voir sa bande dessinée publiée dans Samandal ?

Pour la faire simple, il faudrait que les illustrations et le texte aient un certain standard de qualité. Samandal se concentre sur la bande dessinée, c’est pourquoi nous n’acceptons pas les dessins en une planche ou les caricatures. Aussi, chacun des quatre rédacteurs apporte son propre goût à la sélection, toutefois nous sommes particulièrement pointilleux quant aux bandes dessinées qui proposent un style unique et s’inscrivent dans leur contexte culturel (en opposition à l’imitation). En gros, de la bonne came.

Comment décririez-vous votre expérience dans la publication et la distribution d’un produit aussi novateur qu’un magazine de bandes dessinées pour adultes dans le monde arabe ?

Il y a des avantages, mais aussi beaucoup d’obstacles. Essayer d’établir la pérennité d’une bande dessinée pour adulte au Moyen-Orient rencontre les mêmes stigmates que partout ailleurs : la bande dessinée est considérée comme un jeu d’enfant. Nous avons réduit le prix de vente à 3000L.L. (2$), pour la rendre accessible au plus large public, mais évidemment, ce marché est une niche au Moyen-Orient. Nous ne pouvons pas compter sur la survie commerciale du magazine, et avons besoin d’un support constant des fonds culturels pour garder la tête hors de l’eau. La distribution dans le monde arabe implique aussi une lourde censure. La cible de Samandal est un lecteur mature, et les contributions traitent de sujets sociaux, politiques et religieux. Ce qui nous met en confrontation avec la censure dans plusieurs pays, et doit être pris en considération lors de l’expansion de notre réseau de distribution. Jusque là – touchons du bois – nous n’avons pas eu de problèmes. Espérons que ça dure !

D’un autre côté, nous gardons en tête le fait qu’un tel projet n’aurait jamais démarré aussi brillamment ailleurs. Beaucoup de l’attention et du soutien dont nous bénéficions tient au fait que le Liban occupe une place prédominante dans l’information, et les gens d’ailleurs regardent vers ici, essayant de comprendre ce qui s’y passe. Enfin, la joie de travailler sur Samandal éclipse de loin tout le reste. Ce magazine porte la promesse d’exposition et de notoriété à tous les auteurs et artistes qui avaient auparavant pensé à la bande dessinée comme un simple hobby. Le but ultime du magazine est d’en faire un métier viable. Découvrir et travailler avec des pairs qui partagent la même passion et le même enthousiasme nous rappelle constamment que le monde arabe a encore beaucoup à offrir, et nous tailler un créneau dans le domaine de la bande dessinée est un impératif.

 

Pour plus de renseignements  www.samandal.org

 

 

  
a propos d'Alinea - a propos d'Antoineonline - contactez nous - plan du site
xt/javascript"> var gaJsHost = (("https:" == document.location.protocol) ? "https://ssl." : "http://www."); document.write(unescape("%3Cscript src='" + gaJsHost + "google-analytics.com/ga.js' type='text/javascript'%3E%3C/script%3E"));